Chronotopie : entre mutualisation et hybridation, une tendance en fort développement

Photo © Daria Shevtsova

Ecrit par Marion Désert

Le 25 mai 2021

Catégories : Aménagement | FairSpace

À quoi ressemble un bureau après 19 h ? Quel est l’usage d’une salle de réunion le week-end ? Pourquoi le restaurant d’entreprise n’est accessible que pour déjeuner ? C’est à ce type de question que la chronotopie peut répondre. Tour d’horizon du sujet.

La chronotopie, c’est quoi ?

La notion de chronotopie désigne la prise en compte simultané des dimensions temporelles (chronos) et spatiales (topos) : c’est penser l’espace en fonction du temps disponible et des usages possibles tout en considérant les différents publics présents. Cette notion permet de repenser nos lieux en mutualisant les besoins ou en hybridant les usages.
Première possibilité : mutualiser les espaces

Il s’agit ici d’exploiter l’espace pour un même usage, mais avec différents profils d’utilisateurs.
Un exemple simple et évocateur est celui du parking de ville. Sa surface pourrait être optimisée en mutualisant les besoins de 2 utilisateurs/publics majeurs. Les résidents qui l’utilisent la nuit, les salariés qui pourraient l’utiliser de jour. Ainsi, les 2 cibles se complèteraient sur la dimension temporelle. Cette optimisation, faisant gagner quelques mètres carrés, permettrait une économie de construction non-négligeable d’un point de vue financier et écologique.
Ce concept de mutualisation est applicable dans tous les secteurs au sein d’une entreprise :

  • Le restaurant pourrait être réquisitionné les soirs et les week-ends pour des événements,
  • La salle de sport pourrait ouvrir ses portes aux résidents en cas de sous-exploitation par les usagers salariés.
  • L’espace de co-working pourrait accueillir les étudiants les soirs et week-ends.

Plus classiquement, le flex office – en forte expansion ses dernières années – est lui aussi une forme de chronotopie : mutualiser les besoins des différentes équipes et collaborateurs sur un même espace en tenant compte du temps d’usage de chacun.

Deuxième possibilité : hybrider les usages

Un seul espace peut – avec une certaine adaptation – être utilisé pour d’autres besoins que son besoin primaire.
Si nous reprenons l’exemple du restaurant d’entreprise : celui-ci pourrait aisément servir de lieu de rassemblement ou de réunion hors des plages de repas.
Certaines entreprises vont plus loin et conçoivent leurs espaces de travail pour qu’ils soient totalement polyvalents ; à l’image du studio Heldergroen au Pays-Bas qui a imaginé un open-space qui disparaît au profit d’une salle de sport ou d’une salle de convivialité en fin de journée.

N’oublions pas non plus la démarche des bureaux du cœur qui est une hybridation solidaire : des entreprises ouvrent leurs portes aux sans-abris pour la nuit, ils bénéficient ainsi d’un coin cuisine, d’un lieu pour se reposer et de sanitaires. Éléments présents mais inutilisés par les entreprises la nuit.

Troisième possibilité : mutualiser & hybrider

Si l’on pousse le concept de chronotopie jusqu’au bout, on se rend compte que l’on peut mixer usages, usagers et temporalité.

Récemment, les hôtels ont développé leur offre pour proposer leurs espaces comme lieu de coworking. C’est d’ailleurs un secteur en plein essor. L’hôtel, n’est donc plus uniquement un lieu pour dormir, il devient un lieu de rencontre, de travail et de détente tout en accueillant différents publics au fil de la journée, et même de la semaine.

Le concept de chronotopie est déjà présent dans notre société et devrait d’autant plus se développer au sein des entreprises qu’il est très souvent synonyme d’économie. Il est probable que cette hybridation se développe en dehors des entreprises avec des partenariats externes permettant d’aller encore plus loin dans la démarche. Peut-être verrons-nous prochainement le week-end des cafétérias transformés en restaurant, des espaces de réunion en lieu associatifs ? Ou encore des bureaux en lieu de culture ?

C’est en tout cas une tendance qui pourrait être accélérée avec le concept de ville du quart-d’heure (théorisé par Carlos Moreno) et de plus en plus plébiscité par les grandes villes du monde. Il s’agit de rapprocher dans un rayon de 15 minutes à pied ou à vélo l’essentiel des activités du quotidien : se loger, travailler, s’approvisionner, se soigner, s’éduquer et s’épanouir. Or, pour que cela soit possible, cela nécessite d’optimiser les lieux et donc de les mutualiser et hybrider.

Si cela vous intéresse d’appliquer certaines dimensions de la chronotopie au sein de votre organisation, contactez-nous, nous étudierons ensemble vos espaces pour identifier les opportunités de diversification des usages (selon les publics et les besoins du marché).

error:

Abonnez-vous à notre Newsletter

 

Inscrivez-vous à notre liste pour recevoir par mail les derniers articles publiés sur notre site ainsi que des informations exclusives !

Nous nous engageons à vous envoyer au maximum 3 e-mails par mois.

Merci pour votre inscription !

Abonnez-vous à notre Newsletter

 

Inscrivez-vous à notre liste pour recevoir par mail les derniers articles publiés sur notre site ainsi que des informations exclusives !

Nous nous engageons à vous envoyer au maximum 3 e-mails par mois.

Merci pour votre inscription !

Pin It on Pinterest

Share This